Kwi Bamba & l'Orchestre de Gama Berema

GAMA BEREMA - VISUEL DIGITAL 1440X1440.jpg

Artist : Kwi Bamba & l'Orchestre de Gama Berema
Title : S/T
Catalogue Number : V001/7
Release date : 16/11/2018
Label : Ouch!
Format: 12" LP

 

  • ENGLISH

  • First international release for a raw and heavy Guinean Jazz session from “Maestro” Kwi Bamba, leader of the 60s State-funded orchestra Nimba Jazz, the precursor to Bembeya Jazz National. 
    The album was recorded in the forested region of Northern Guinea near the border with Ivory Coast in 1997 direct to minidisc by Frédéric Migeon and covers a variety of styles from Guinea, mainly from the Guerzé and Kpellé traditions.


  • FRANCAIS

  • « Maître » Kwi Bamba était le saxophoniste du Nimba Jazz de N’Zérékoré en République de Guinée. Ce groupe fédéral, crée en 1960, avait notamment pour mission, comme le plus connu Bambeya Jazz, de promouvoir la musique traditionnelle guinéenne avec une instrumentation moderne. Le Nimba Jazz avait l’originalité d’utiliser les rythmes et les chants si particuliers des ethnies animistes de la région de Guinée Forestière notamment l’ethnie guerzé (ou Kpellé).

     Quand j’ai rencontré Kwi Bamba en 1997, l’époque bénie de la musique comme outil de propagande du régime du président Sékou Touré était révolue ; et Kwi, simplement pour pouvoir jouer de la musique journellement faisait partie de la fanfare militaire de N’Zérékoré. La fanfare lui permettait également de bénéficier du prêt d’un instrument, en revanche les anches ne lui étaient pas fournies et il devait les fabriquer lui-même (et donc souffler très, très fort)…

    Un jour, Kwi, avec qui j’avais déjà enregistré des morceaux du Nimba Jazz reformé avec de jeunes musiciens et chanteurs, me propose d’enregistrer un orchestre dont il avait fait partie et qui souhaite réaliser une cassette audio destinée à la vente et à leur promotion…

    Rendez-vous est pris et un samedi nous allons avec Kwi, à Gama Berema,  chef lieu de sous-préfecture dans la préfecture de Lola, à la frontière ivoirienne.

     Pour réaliser un bon enregistrement « studio », sans public, le groupe a réquisitionné une maison en cours de construction ; il s’avère que la pièce est trop exigüe pour contenir le groupe avec les amplis et enceintes, modèles XXL en provenance d’Union Soviétique ; aussi déménagement du matériel devant le bâtiment, présence du public pour assister à l’enregistrement et bruit de fond (enfin malheureusement pas trop au fond !!) du groupe électrogène alimentant le système audio…Après quelques litres de vin de raphia indispensable à tout évènement en Guinée Forestière, enregistrement en une seule prise bien sûr, avec un faux départ, des micros siffleurs, un moteur qui ronronne, et un enregistreur minidisc, tout petit qui m’oblige de façon systématique à faire écouter aux musiciens un morceau test pour assurer  à mon matériel, ainsi qu’à moi un peu de crédibilité…

    L’enregistrement est fait, et quelques semaines plus tard circule une K7 en Guinée Forestière, dupliquée en Côte d’Ivoire, avec une jaquette où ne figure aucun crédit, mais l’essentiel est avant tout que la musique existe, non ?

     

    2018, les années ont passé, le village de Gama Berema, comme le reste de la région n’a pas été épargné par les maux, entre les enfants soldats libériens et le virus Ebola... « Maître » Kwi était déjà âgé, je caresse l’espoir que lui ou ses descendants puissent écouter cet album….

    Je suis heureux que ce moment de musique puisse continuer de vivre…

    Frédéric Migeon